• Julia Margaret CAMERON - British, 1815-1879

     

     

     

    Julia Margaret Cameron
      

     

     

    Julia Margaret Cameron (11 juin 1815 à Calcutta – 26 janvier 1879 à Ceylan) était une photographe britannique, surtout connue pour ses portraits de célébrités de son temps. Elle réalisa aussi des illustrations photographiques inspirées par la peinture préraphaélite anglaise.

    Photographe amateur devenue portraitiste renommée, Julia Margaret Cameron eut une véritable démarche artistique. Animée par une recherche de la beauté et de l’esthétique, elle cherchait à capter la personnalité des sujets qui posaient pour elle. Cette démarche était novatrice, à une époque où la photographie, technique encore récente, était surtout estimée pour sa précision documentaire.

    La carrière photographique de Cameron fut courte (environ 12 ans) et commença tardivement dans sa vie. Son travail a eu un impact notable sur la photographie moderne, en particulier ses portraits au cadrage serré et au flou artistique.

     

     

     

     

     

     

    British portrait photographer of the 19th century. Known for her “celebrity” images of individuals such as Charles Darwin, Robert Browning, and Alfred Tennyson. I favor her “Ophelia” series.

    “Mrs. Cameron is making endless Madonnas and May Queens and Foolish Virgins and Wise Virgins and I know not what besides,” Emily Tennyson, the poet’s wife, reported to Edward Lear, the author and illustrator, of her neighbor and their mutual friend, the photographer. “It really is wonderful how she puts her spirit into people.”

     

     

     

     

     

    Julia Margaret Cameron naquit Julia Margaret Pattle le 11 juin 1815 à Calcutta, en Inde, de James Pattle, un fonctionnaire anglo-indien du Bengal Civil Service, et d’Adeline de l'Étang, fille d’aristocrates français.

    Julia Margaret fut élevée en France et en Angleterre, avant de retourner en Inde en 1834. En 1838, elle épousa Charles Hay Cameron, un juriste de vingt ans son aîné avec lequel elle aura six enfants (Julia, Eugene Hay, Ewen W. Hay, Hardinge Hay, Charles Hay, Henry Herschel Hay), adopta trois orphelins (Cyllene, Melita et Sheridan Wilson) et éleva les enfants de sa sœur Adeline (Mary et Adeline Clogstoun). Julia s'occupa aussi d'une enfant mendiante, Mary Ryan.

     

     

     

     

    Ils s’établirent à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), où, en plus de son activité de juriste, Cameron acquit des plantations de café.

     

     

     File:Lord-tennyson.jpg

    Alfred Tennyson
    par Julia Margaret Cameron

     

     

    En 1848, Charles Hay Cameron prit sa retraite et la famille déménagea à Londres, en Angleterre. La sœur de Julia, Sarah Prinsep, habitait Londres et tenait un salon littéraire fréquenté par des auteurs et des artistes célèbres. En 1860, les Cameron achetèrent une propriété sur l'île de Wight et devinrent voisins et amis du poète Alfred Tennyson.

     

      

      

    Une photographe tardive mais passionnée

     

    En 1863, alors que Julia Margaret Cameron fêtait ses 48 ans, sa fille aînée lui offrit un appareil photo. Elle débuta alors sa carrière de photographe, qu’elle se mit aussitôt à pratiquer avec passion. Elle employait le procédé au collodion humide, convertissant sa cave à charbon en cabinet noir et un poulailler vitré en atelier. En moins d’un an, elle devint membre de la Société photographique de Londres. Sa force de caractère et sa position sociale lui permettaient de mener de front cette activité dévorante et la conduite d'une nombreuse maisonnée — dont six enfants.

     

    Julia Margaret Cameron n’était pas une technicienne accomplie mais elle ne cherchait pas à produire des images documentaires nettes et détaillées. Elle pensait que la photographie pouvait être un art

     

     

    Les portraits réalisés par Julia Margaret Cameron restent importants aujourd’hui. Ils sont parfois la seule photographie existante de personnalités historiques, prise à une époque où cette technique était encore nouvelle et complexe. Beaucoup de ces portraits ont également perduré en raison de leur qualité artistique.

     

     

     

      

    Julia photographiait tous ceux qui passaient à sa portée : famille, amis, domestiques ou voisins... Grâce au salon littéraire de sa sœur, elle fréquentait toute la société artistique et intellectuelle de son temps, ce qui lui fournit beaucoup de sujets pour ses portraits.

     

     

    “It was the immortal within them she responded to. She had little interest in sociological data, details of clothing, tools of trades. When she looked at a domestic servant with a mop and bucket, her imagination erased the mop and bucket, covered the homespun clothing with swaths of drapery, and saw the woman as the current exemplar of some timeless, enduring type – a youthful May Queen or noble Madonna, a suffering Ophelia, a sinning Guinevere, a sainted wife, devoted daughter, grieving mother, or wild-spirited wood nymph.”

     

     

     

     

     

    (http://www.masters-of-photography.com/C/cameron/cameron_articles3.html) **

    Kind of interesting idea considering her niece was Virginia Woolf.**

    Here are some of my favorite of Cameron’s portraits of women:

     

     

     

     

     

    Parmi ces célébrités de l’ère victorienne, figurent par exemple : les poètes Alfred Tennyson et Robert Browning, les peintres Edward Burne-Jones, John Everett Millais et George Frederic Watts, l'actrice shakespearienne Ellen Terry, l'écrivain-historien Thomas Carlyle ainsi que les scientifiques John Herschel et Charles Darwin, etc.

     

    Charles Darwin 1867

     

     

    Elle côtoya notamment le peintre Dante Gabriel Rossetti, l'un des fondateurs du mouvement préraphaélite, qui sera une source majeure de son inspiration.

    Elle prit également de nombreux portraits de femmes, en particulier de sa nièce Julia Jackson, mère de l'écrivain Virginia Woolf.

     

     

     

     Image

     

     

    Julia Margaret Cameron était souvent amie avec les personnes qu'elle photographiait, et essayait de capter leur personnalité dans ses portraits. La plupart sont des plans rapprochés, cadrés serré autour du visage du sujet. Les détails sont estompés par l’éclairage en clair-obscur et l'objectif choisi.

      

      

    Un effet de flou volontaire donne un rendu vaporeux mais net aux bons endroits (soft focus). La pose pouvait durer plusieurs minutes, parce que Cameron utilisait une lumière tamisée et de grandes plaques. Il résulte de ces portraits une impression d'intimité et d'intensité psychologique.

     

     

     

     Image

     

     

    Les critiques de l’époque se sont souvent gaussés du flou de ses images, qui contrevenait à ce qu'on jugeait alors devoir être les qualités d'une bonne photographie : netteté, précision, fidélité de la représentation du réel., si elle était pratiquée avec imagination, esprit et sens esthétique.

     

      

    Julia Margaret Cameron. Portrait of H. T. Prinsep. 1866

    Portrait of H. T. Prinsep 1866

      

      

    Elle écrivit : « j’aspirais à capter toute la beauté qui se présentait devant moi et finalement, cette aspiration a été satisfaite. ». Elle prit ainsi part au débat qui avait surgi depuis quelques années, à savoir si la photographie pouvait avoir une valeur artistique ou pas.

     

     

     

     

     

    La majeure partie des photographies de Cameron entre dans deux catégories :

    les portraits et les illustrations pour des œuvres littéraires.

     

     

     

    Mrs. Herbert Duckworth 1867 

     

     

    File:My niece Julia full face, by Julia Margaret Cameron.jpg

     

    Nièce de Julia

     

     

     

     

      

     

     

    Sadness, 1864
    (publ. sous le titre de Ellen Terry à l'âge de seize ans dans

    Camera Work, 41, New York, 1913) 

     

     

    Les illustrations photographiques représentent l'autre facette du travail de Julia Margaret Cameron. Il s’agit essentiellement de scènes de genre en costumes, illustrant des thèmes religieux, littéraires, poétiques ou légendaires.

     

     

    File:Letter cameron-to-Herschel 31dec1864.jpg

     

    Ces photographies sont très influencées par la peinture préraphaélite anglaise. Elles étaient conçues pour ressembler aux peintures à l'huile de ce mouvement, qui cherchait à retrouver la pureté des primitifs italiens. Femmes graciles à la longue chevelure défaite, nobles vieillards barbus, draperies élaborées, poses languides... aujourd'hui, ces compositions photographiques sont parfois écartées par les critiques d'art. Pour sa part, Cameron les voyait comme des travaux artistiques à part entière, à l'instar des tableaux qu'elles imitaient.

      

      

    Julia Margaret Cameron. Tom Hughes M.P. 1865

     

    Tom Hughes M.P. 1865

      

    Ces scènes allégoriques étaient notamment destinées à des œuvres littéraires. Cameron illustra ainsi en 1874 les Idylls of the King de son ami poète Alfred Tennyson. Cette contribution fut assez mal accueillie par la critique de l'époque.

     

     Image

     

     

    The Great Photographers. Part II - Julia Margaret Cameron

     
    Julia Margaret Cameron started photographing when she was 48 years old. Her work is instantly recognisable - the romantic Pre-Raphaelite feel, the unusual cropping (this is late 19th century!) and that relentless pursuit to capture beauty...

     

    Image
     
     

    Fin de vie

     

    En 1875, les Cameron, à court d’argent, retournèrent à Ceylan. D'après sa correspondance, Julia a des difficultés à se procurer les produits chimiques et l'eau pure dont elle a besoin pour réaliser et imprimer ses photographies. Proportionnellement, moins d'images de cette période subsistent encore.

      

      

      

      

    Julia Margaret Cameron mourut à Ceylan le 26 janvier 1879.

      

     

     

     

     

    En 1926, parut Victorian Photographs of Famous Men and Fair Women, la première monographie consacrée à Julia Margaret Cameron, rassemblée et introduite par Roger Fry et la petite-nièce de la photographe, Virginia Woolf.

      

    Depuis une vingtaine d'années, plusieurs grandes expositions ont redonné à voir les photographies de Cameron, notamment ses portraits de femmes.

     
     
     
    Julia With Her Children
     
     
     
     
    Days At Freshwater
     
     
     
     
     
     Image
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     

    http://onthingsinlife.blogspot.fr/2012/04/great-photographers-part-ii-julia.html

    http://theesotericcuriosa.blogspot.fr/2010/04/candid-cameron-life-work-of-julia.html#!/2010/04/candid-cameron-life-work-of-julia.html

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Julia Margaret CAMERON, la pionnière de la photographie Horst P. Horst and Model, 1930 »
    Delicious Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :